Terre noire

La Bio-Electronique de Vincent 

Equilibre acido-basique - Potentiel rédox - Résistivité

Notion de terrain et de santé parfaite

BEV 1.jpg

Découvertes - Recherches

La bioélectronique de Vincent (BEV) fut mise au point vers 1950 par le chercheur français Louis-Claude VINCENT (1906-1988). Elle fut alors inspirée par les travaux de Fred Vlès, professeur de physique biologique à l’Université de Strasbourg et de Charles Laville, fondateur de la biologie électronique.

D'autres scientifiques de haut niveau se sont également intéressés à cette discipline: messieurs J.M. Danze, R. Cannenpasse-Riffard, J.A. Giralt-Gonzalez, et P. Bressy. Plus près de chez nous, un autre ancien disciple de Vincent, monsieur le professeur André Fougerousse, doyen retraité de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg qui continue à travailler sur ce procédé.

Hors de nos frontières, le professeur Joseph Orszagh de la Faculté des Sciences de Chimie et Physique appliquée de l’Université de Mons-Hainaut en Belgique, grand spécialiste de la bioélectronique de Vincent. Il met en pratique ce procédé quotidiennement, pour ses recherches sur la récupération des eaux de pluie et usées.

Un nombre de plus en plus croissant de médecins, Heilpraktiker, dont le réputé Peter Mahr de chez MedTronik, pharmaciens de laboratoires, scientifiques et autres chercheurs autodidactes, s’acharnent à faire connaître cette merveilleuse et précieuse méthode scientifique. Elle mériterait d’être beaucoup plus répandue.

Pour l’instant elle est plus connue et utilisée en Allemagne, au Canada et aux Etats-Unis, qu’en France.

Les 4 terrains

Le terrain est constitué par les liquides organiques dans lesquels les cellules baignent, autrement dit les liquides se trouvant autour des cellules (sérum extracellulaire, lymphe et sang) et ceux se situant à l’intérieur des cellules (le sérum intracellulaire).

Le « Bioélectronigramme », graphique simple et pratique divisé en quatre zones, nous permet de définir notre terrain actuel ou celui des produits cités plus haut. Ainsi que la zone de santé parfaite.

Quatre grandes tendances du terrain biologique sont alors susceptibles de se dégager :

  • acide et réducteur, c’est-à-dire riche en protons et en électrons

  • acide et oxydé, c’est-à-dire riche en protons et pauvre en électrons

  • alcalin et oxydé, c’est-à-dire pauvre en protons et en électrons

  • alcalin et réducteur, c’est-à-dire pauvre en protons, mais riche en électrons.

 

À chaque tendance du terrain sont associées des prédispositions morbides (relatif à la maladie).

Différentes applications 

Le professeur L. Cl. VINCENT nous a légué une méthode précise et applicable dans beaucoup de domaines.

 

Aujourd’hui, la « Bioélectronique de Vincent » nous permet l’évaluation de notre terrain (sang, salive, urine) face aux maladies.

Elle nous permet aussi de mieux choisir notre alimentation, la qualité de notre eau, notre type de boisson, nos compléments alimentaires, nos médicaments, les produits agricoles et même la qualité de nos sols de culture avec la possibilité d’utilisation d’engrais choisis, etc. Tout ceci pour nous permettre de retourner dans la zone de la santé.

La bioélectronique n’est donc pas à considérer comme une méthode de diagnostic, mais davantage comme un outil scientifique permettant de prévoir ou de confirmer des tendances et des risques.